Communiqué de M. Ali Benflis au sujet du remaniement ministériel Alger, le 14 mai 2015

Le régime politique en place s’enfonce dans l’absurde. Il improvise des replâtrages alors que l’ensemble du pays est dans une impasse politique, économique et sociale.

benflis_848602_679x417Les remaniements ministériels auxquels il procède ont atteint un tel degré d’insignifiance politique qu’il est difficile de les astreindre à quelque lecture politique que ce soit. Ces remaniements se suivent, se ressemblent, n’ont pas de sens et il serait bien ardu de leur en donner un.

Pour tous ceux qui savent qu’une vacance du pouvoir existe bel et bien au sommet de l’Etat les premières questions qui se posent sont celle de savoir de qui procède ce remaniement ? Qui l’a décidé ? Qui a jugé de son opportunité ? Et quels objectifs politiques ou autres lui assigne-t-il ?

Dans le même sens et à un moment ou s’amplifie et dégénère une véritable crise de régime, il est particulièrement malaisé de voir en quoi ce remaniement, si peu expressif politiquement mais si lourd de silence quand aux motivations réelles de ses auteurs, peut atténuer ou contenir les effets ravageurs de cette crise de régime.

Et enfin la question la plus essentielle : à quoi peut bien servir le remaniement d’un Gouvernement qui ne gouverne pas. En effet si l’on exclut un conseil ministériel restreint et une réunion protocolaire de signature de la loi de finances, le conseil des Ministres ne s’est pas réuni depuis près d’une année jour pour jour. Certains ministres partant n’ont jamais pris part à un conseil des Ministres tenu en bonne et due forme.

Au total, nous avons affaire à une gestion pathétique des affaires de l’Etat. Mais cette gestion n’est pas que pathétique ; elle est aussi aventureuse, inconsidérée et porteuse de périls qu’il importe de ne sous-estimer en aucun cas.