L’ESPOIR

NOUVEL ESPOIR POUR L’ALGERIE.

Une nouvelle voix est née en Algérie, celle qui n’émane pas de l’occupation française et qui ne porte pas les échos sanglants de la guerre civile brutale des années précédentes. Celle-ci est plus forte que jamais entre le peuple algérien. Les Algériens demeurent toujours en colère et en attente de toute opportunité pour se faire entendre, pour voir une amélioration du taux d’emploi, ou espérer un meilleur avenir, mais ce qu’ils recherchent principalement et avant tout c’est la reconnaissance qu’ils méritent. Malheureusement, la vieille garde de l’Algérie est encore prisonnière d’une mentalité caduque et continue de refuser d’entendre la voix des algériens.

Algeria's presidential candidate and former prime minister Benflis delivers his speech during a rally in Tipaza

Poursuivant un quatrième mandat sous une constitutition n’ayant mentionné que deux. Certaines voix parmi les militaires  et les medias contrôlés par l’état continuent de prêcher l’illusion du meilleur choix pour le peuple algérien.   Cette approche se voulant directive n’a fait que créer un énorme fossé entre le gouvernement et le peuple algérien. En 2004, cette divergence entre les algériens et le gouvernement a poussé Ali Benflis à se retirer de la scène politique, un poste pour lequel il s’est impliqué et a déployé de nombreux efforts. Pendant plusieurs années, M. Benflis s’est investit au niveau national en visitant personnellement les habitants de chaque ville pour lesquels il a consacré sa vie et sa carrière.

Un grand pas vers une nouvelle décennie se dessine. Les protestations se multiplient, tous animé du même sentiment de mépris contre le pouvoir en place. Le FLN continue de promettre la paix et le progrès, mais jusqu’à maintenant n’a réussi qu’à semer les graines d’une dictature dont le peuple d’Afrique du Nord n’a pas besoin. Quant aux actes du FLN, ils reflètent bien son nom excepté son objectif primordial qu’est la libération. Et pour empirer encore plus la situation, la santé de Bouteflika continue de se dégrader au point qu’il est difficilement localisable dans le pays qu’il est sensé gouverner, passant ainsi la majorité de son temps sous observation à l’hôpital français. Suite aux tragédies nationales, M. Bouteflika est souvent absent. A la suite de son état de santé qui se détériore de plus en plus, un gouvernement de l’ombre a jeté son voile sur le peuple algérien: dont les préoccupations et les demandes sont tombés malheureusement dans l’oreille d’un sourd.

Comme décrit par un célèbre auteur algérien, journaliste et finaliste du Prix Goncourt, qui a écrit en réponse à la 4 éme  investiture de Bouteflika en tant que président, “Honte à vous, Bouteflika! Vous n’avez aucune considération pour nos martyrs,  pour votre âge, pour votre propre maladie, pour ce que vous avez fait pour ce pays … Vous nous avez humiliés … Vous nous poussez à l’exil en prenant notre pays de nous … Que voulez-vous? Plus d’argent? Plus d’or? Plus d’éloges? Plus gloire? Nous allons vous les donner. Juste donner votre prix … Pourquoi voulez-vous mener votre pays à votre tombe? Pour enterrer notre nation vivante avec vous? ”

Comme les héros qui ont libérés cette grande nation de la colonie française, et qui ont mis un terme à l’effusion de sang sans fin de la guerre, Ali Benflis comprend le besoin du pays pour le changement et son désir de reconnaître sa nouvelle voix. Avec un curriculum vitae qui démontre une feuille de route avec une réelle connaissance des droits de l’homme, de la croissance économique, d’une compréhension profonde de la justice, et d’une volonté indéfectible d’améliorer les conditions de vie du peuple algérien, il est temps pour un nouveau héros national.

Il est temps de mettre un terme à la fraude, il est temps d’écouter les algériens, et il est temps que le gouvernement suive les articles de sa propre constitution. Avec la montée du nouveau parti de l’opposition et Ali Benflis ouvrant la voie, l’Algérie pourra de nouveau retrouver sa voix.