Biographie de Monsieur Ali Benflis

Ancien ministre de la Justice et ancien député, Monsieur Ali BENFLIS a occupé successivement les postes de Secrétaire Général de la Présidence de la République et de Directeur de Cabinet à la Présidence de la République avant d’être nommé Chef du Gouvernement et élu Secrétaire Général du Parti FLN.

Et c’est en cette dernière qualité, qu’il s’est présenté aux dernières élections présidentielles en Algérie du 8 avril 2004 dont les résultats ont été entachés par la fraude.

Fervent militant des droits de l’homme et de l’Etat de droit, M. Ali BENFLIS est membre fondateur de la Ligue algérienne des droits de l’homme, agréée le 11 avril 1987, dont il fut membre du comité directeur et délégué pour la région Est du pays jusqu’au 9 novembre 1988.

Né le 8 septembre 1944 à Batna, dans les Aurès, il a perdu à l’âge de 13 ans son père et son frère aîné, martyrs de la Guerre de Libération Nationale.

Marié et père de 4 enfants.
Monsieur Ali BENFLIS a fait ses études primaires à Batna et a poursuivi ses études à Constantine, au lycée Hihi El Mekki où il a obtenu son Baccalauréat.

I – M. BENFLIS Magistrat:

Titulaire de la licence en droit, obtenue en 1968 de la faculté de droit et des sciences économiques d’Alger, il est de formation bilingue (Arabe- Français). Il choisit d’abord, la carrière de Magistrat, et occupe le poste de juge au Tribunal de Blida en octobre 1968. Il est ensuite affecté à l’administration centrale du Ministère de la Justice où il exerce la fonction de sous-directeur de l’enfance délinquante jusqu’ à la fin de l’année 1969.

Nommé Procureur de la République à Batna de 1969 à 1971 avant de devenir Procureur Général près la Cour de Constantine de 1971 à 1974, date à laquelle il opte pour une carrière libérale en s’inscrivant au barreau et s’installe à Batna.

II – M. BENFLIS Avocat:

Installé au barreau de Batna en 1974, M. BENFLIS s’est révélé, très vite, comme un brillant avocat ; ce qui lui valut d’être élu bâtonnier de l’organisation des avocats de la région Est entre 1983 et 1985, et membre du Comité exécutif et du Conseil national de l’Organisation des avocats pour la même période.

En 1987, il a été élu bâtonnier pour la région de Batna jusqu’à sa nomination en qualité de Ministre de la Justice, en novembre 1988.

III – M. BENFLIS Ministre de la Justice :

La période qu’il a passée à la tête du Ministère de la Justice (1988-1991) est considérée comme « l’âge noble » de la justice algérienne émancipée.

C’est sous sa conduite que la justice a connu les réformes les plus profondes et les plus audacieuses.

C’est ainsi qu’il a fait adopter un nouveau Statut de la Magistrature consacrant, pour la première fois, l’indépendance du pouvoir judiciaire. Durant la même période, il a fait adopter la loi qui régit la profession d’avocat, renforçant les droits de la défense, ainsi que les lois relatives aux professions de notaire, d’huissier de justice, et les textes relatifs au greffe…

C’est également à son initiative que furent adoptés des textes consolidant les libertés et les droits de l’homme, comme la suppression de la peine de la relégation et la suppression de la Cour de Sûreté de l’Etat.

On compte, aussi, à son actif, l’amélioration des conditions carcérales et l’humanisation des établissements pénitentiaires.

Ministre de la Justice dans trois gouvernements successifs, l’histoire retiendra qu’il exigea du gouvernement des garanties judiciaires, tel que le droit de recours et le droit à la défense au profit des personnes faisant l’objet d’une mesure d’internement administratif, en application du décret de 1991 instaurant l’état d’urgence. Elle retiendra aussi que devant le refus de prise en charge de ses observations, M. BENFLIS présenta sa démission du Gouvernement en Juillet 1991.

IV – M. BENFLIS Chef du Gouvernement

Nommé en qualité de Chef du Gouvernement le 26 août 2000, il fut reconduit à ce poste au mois de juin 2002 et cessa ses fonctions au mois de mai 2003.

Dans l’exercice de ses fonctions de responsable de l’Exécutif, M. BENFLIS a su imprimer un style de gouvernance fondé sur le dialogue et la concertation. Ses qualités d’ouverture lui ont permis de faire amortir, avec clairvoyance, nombre de conflits sociaux et de faire adhérer les partenaires sociaux et économiques à ses initiatives législatives, tendant à encadrer les réformes économiques et sociales dans le programme de son gouvernement.

V – M. BENFLIS Membre de la direction politique du Parti FLN :

M. BENFLIS a entamé sa brillante carrière politique en se faisant élire dés décembre 1989 au Comité central et au Bureau politique du FLN, instance ou il a été réélu successivement en 1991, 1996, 1998 et 2000.

Il a été élu à la tête du parti du Front de Libération Nationale, en qualité de Secrétaire Général, le 20 septembre 2001 et réélu à ce poste lors du 8ème congrès tenu les 18-19-20 mars 2003.

M. BENFLIS a marqué son passage à la tête du FLN en l’engageant résolument dans la voie du renouveau, de la modernisation, de l’ouverture et de l’autonomie.

Il a remis son mandat de Secrétaire Général du parti FLN, au lendemain de la proclamation des résultats des élections présidentielles du 8 avril 2004, après avoir dénoncé la fraude électorale massive qui a entaché ces élections, l’instrumentalisation de la justice par l’Exécutif et l’utilisation des fonds publics à des fins électorales. Il a toutefois précisé, qu’il restait toujours dans la scène politique, en étant fidèle à ses idées. « Le combat continu ».